Soyons forts ! 

visuel109Tout ce que vous souhaitez ! Bonheur, bonheur et bonheur. Joie, émerveillement, reconnaissance… Des sentiments simples et riches qui avent raviver l’espérance. Voilà ce que TOPNATURE vous souhaite en 2013.

De quoi vos rêves se nourrissent-ils ? Au menu de TOPNATURE, ce sera sérénité : en entrée, plat, dessert. Matin midi et soir. Une sérénité assaisonnée de rires, de sourires, de colères, d’attentes, de craintes aussi car nous sommes des êtres humains en mouvement, en vie : mais avant tout sérénité, source de force intérieure. Un véritable entraînement de l’esprit face aux atteintes permanentes à l’intégrité de l’être que souligne l’actualité sous toutes ses facettes.

Les combats d’aujourd’hui s’avèrent d’une violence sidérante, nous l’avons vu avec la résistance à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et les interventions guerrières inscrites dans un simulacre de dialogue entre les deux parties, mais aussi avec les réactions à l’étude de Gilles-Eric Séralini, parfois proche du lynchage médiatique, comme si les reproches qui sont adressés au chercher tenaient debout plus de quelques secondes à la lecture des protocoles d’étude en vigueur.

Face à cette violence intellectuelle et sociale, en France et dans le monde, a force intérieure s’avère plus que jamais essentielle. Se sentir concerné, agressé, voire blessé, mais se sentir fort, toujours, nous permet de lutter, chacun à notre échelle, pour une société plus juste, plus harmonieuse, plus fertile. Afin de ne rien lâcher sur son propre engagement envers la beauté.

La BiO portait d’évidence ces enjeux-là à sa naissance. Nombreux sont ses porte-parole, en 2013, qui ne connaissent pas même les premières syllabes de la langue parlée alors par cette BiO, et que l’on voit arpenter les couloirs des petits pouvoirs, un dictionnaire à la main. Pour notre part, nous continuons d’aimer la BiO comme nous savons qu’elle demeure, envers et contre toutes les réductions de sens qu’elle subit à longueur de temps, de présidences, de complaisances et autres danses de salon.

Nous aimons cette BiO joyeuse mais pas gnangnan, émerveillée mais pas déconnectée, passionnée et consciente de la teneur citoyenne de ses enjeux, de la densité sociale de ses perspectives, à l’heure où la faim dans le monde, y compris dans notre pays, mériterait d’autres choix de société que ceux  – normaux, ou normatifs ? – de nos gouvernants et de leurs porte valises. Bonne Année ! Soyez fort, en toute sérénité !