Semer. S’aimer

visuel120Semer… S’aimer… Si proches, et pourtant si loin lorsque certains s’emparent du sens pour se l’approprier, le déformer, le contrôler, l’emprisonner. Semer nous fait penser à la vie, à la culture, à l’avenir, à la fertilité. Semer nous donne envie d’aimer, de partager, d’offrir, de magnifier chaque battement de coeur de l’univers.

Lorsque les semenciers très entraînés dans le lobbying ont téléphoné au début de l’automne, à la rédaction de TOPNATURE pour acheter de l’espace publicitaire, nous n’en avons pas cru nos oreilles. Nous, engagés dans la BiO depuis près de vint ans avec TOPNATURE ? En quoi pourrions-nous représenter un contexte favorable à des groupes de semences connus pour empêcher la vie de naître et renaître librement, comme cela se passe depuis la nuit des temps en matière de semences ? En quoi, si ce n’est au nom de la toute puissance manipulatrice de ceux qui considèrent que la vie leur appartient ? Que l’espace leur appartient, fut-il publicitaire.

La Fondation Léa nature soutient depuis longtemps des associations impliquées dans la protection de la biodiversité et en particulier des semences. Avec sa nouvelle campagne « Aux graines citoyens ! », elle enjoint à incarner la liberté de semer, de protéger les semences, d’échanger des semences, de re-semer ses propres semences, de commercialiser ses récoltes issues de ces semences… Précisions que les jardiniers amateurs se trouvent aujourd’hui également visés par les interprétation coercitives des directives européennes émanant des « professionnels » à la fois juge et partie. Le monde à l’envers. De la vie, nous passons à la mort. Mort de la plus belle des libertés, celle de donner la vie.

Pour notre part, nous sommes totalement solidaires de ceux et celles qui dédient leur énergie à la lutte contre cette forme d’appropriation du vivant que constitue la mainmise des vendeurs de semences aux caractères génétiques brevetés sur la réglementation. TOPNATURE sème depuis longtemps dans le sens de la BiO, le sens de la vie. C’est notre Culture, ainsi que l’indique notre signature en couverture depuis tant d’années : « Le Magazine de la Culture BiO ».