Sans peur et sans gluten

visuel119Le « Sans gluten » gagne du terrain dans les estomacs ! Nous sommes nombreux à choisir de modérer notre consommation de gluten, et à nous en porter manifestement mieux. Non pas que nous soyons à proprement parler « intolérants » au gluten, mais il s’avère évident que notre système digestif apprécie de notre part un allègement certain en gluten.

Quelle ne fut pas notre surprise, cet été, en découvrant à la caisse d’une supérette de vacances, une affichette informant la clientèle de la disponibilité de pain sans gluten ! Sous forme congelée, inhabituelle pour nous, ce pain sans gluten nous a changé la vie. Tout le monde, à la maison, s’est mis du jour au lendemain au pain sans gluten et les croissants du petit-déjeuner des enfants ont soudain fait grise mine : ils ne « passaient plus ».

Certains ne manquent pas de crier au loup devant la stupéfiante progression de l’alimentation sans gluten. « Une mode », commentent-ils d’un haussement d’épaules. Comme la BiO, peut-être ? Comme le végétarisme ? La prise en main de sa santé, la conscience de ses choix de vie s’apparenteraient donc à une mode ? Que les bobos porteraient comme un étendard ? Certes… Le fait qu’une petite supérette on ne peut plus classique, et fréquentée par la population locale, affiche à la caisse qu’elle vend du pain sans gluten relèverait de la « boboïtude ». On ne peut empêcher personne de raisonner comme une calebasse vide.

Amusant de constater combien la riposte des gardiens de l’ordre alimentaire, et agricole, s’exprime systématiquement dans des termes identiques : le mépris et l’obstination. Envers et contre toute les évidences sanitaires. La viande, les pesticides, les modifications génétiques des céréales et autres végétaux, les médicaments, les vaccins… Comme s’il fallait à tout prix empoisonner physiquement et intellectuellement des populations entières pour projeter des marchés de « santé » qui ne reposent que sur la maladie avec, en arrière-plan, le spectre de la peur et de la culpabilité. Il faudrait donc faire comme tout le monde…

Sans peur et sans reproches, nous avons choisi d’être, tout simplement. Heureux de vivre un végétarisme, ou un végétalisme, tranquille. Sans démonstration. Heureux de partager avec vous de belles recettes de cuisine pacifique. Heureux d’avancer, avec une alimentation végétale et sans gluten, sur la voie d’un équilibre serein. Et heureux d’accueillir volontiers ceux qui n’ont pas fait nos choix afin de nous nourrir de l’ingrédient le plus précieux de la vie : la différence.