Ici et maintenant 

visuel114Coucou les ronchons ! Il paraît que nous avons mille et une raisons de tordre le nez, de râler, de ne pas avoir le moral au beau fixe ? Confirmé. Nous avons mille et une raisons de titre une tête de dix pieds de long, vous, nous, tout le monde sous nos cieux de bobos BiO convaincus – et pour cause – du bien fondé de leurs choix écologiques.

Sauf que nous avons les moyens de choisir, écologique, d’aimer ou pas ce que nous découvrons, de l’acheter ou pas, de l’adopter ou pas : d’avoir une opinion, de la proclamer, et d’en changer. Voire d’en faire changer les autres.

En un mot, nous sommes libres, dans un pays en paix, le pays des pingouins pas encore complètement dans la panade, malgré les tableaux souvent sinistres qui se dessinent sous nos yeux, dans la rue ou ailleurs. En fait, tout va bien pour nous. Ici et maintenant.

Libres, que faisons-nous de notre liberté sinon l’inscrire dans une plainte normalisée ? Au pays des ronchons, soyons attentifs : derrière la plainte, se profile la peur. Et derrière la peur… Les pseudo-sauveurs de la peur. Dont on ne veut pas.

Connaissiez-vous l’antidote de la peur ? Le contentement. Une bonne idée, le contentement ! Une pratique quotidienne, simple, modeste, qui appelle le soleil en plein ciel de nuages et qui signifie aux sauveurs de la peur d’aller voir ailleurs si on y est. Ou d’aller voir nulle part, plutôt.

Non point baguette magique (encore que…) mais petit levier de conscience, le contentement va nous donner des couleurs en saison grise. Si nous pouvions cesser, une journée par semaine, de trouver une bonne raison de nous plaindre, ce serait toujours ça de pris au pays des ronchons.

Vous nous suivez ? Vous nous écrivez votre raison de contentement à vous, le matin au levure ou tout d’un coup, en pleine journée? Alors, nous sommes contents !