Attendre…

couv-topnature-140Et donner naissance. Le désir, le travail, de toute une vie, sans limite d’âge. Semer, fertiliser, cultiver, accueillir, accompagner, aimer, bien sûr : pas seulement un enfant à venir, mais aussi l’enfant en soi, déjà là, celui qui ne cesse de grandir au creux de nous sans oublier qui il a été petit, très petit.
Le tenir par la main et le faire danser de tendresse, sans jamais considérer qu’il est dorénavant trop grand pour cela : n’est-ce pas là le projet de notre vie ?
Notre TOPNATURE du printemps illustre cette vision de la naissance et de l’éducation. Libres, sans violence : le champ de l’autonomie et de la liberté comme seul horizon. Ensuite, tout est possible, à la lumière de l’évolution permanente, la seule révolution qui vaille. Ancrée dans l’altérité, source intarissable de compassion, l’ouverture sans peur à la différence invite tous les enfants du monde que nous sommes à partager équitablement les ressources naturelles, le chant de notre planète et de l’espace, la musique ininterrompue du souffle.
C’est bien de cette naissance-là, de ces naissances-là, que nous parlons dans nos pages. Cette création et recréation de notre identité symbolique et de notre lien aux autres, sans cesse renouvelées, éternellement renouvelables. Inspirée par Frédérick Leboyer, père de la naissance sans violence, que nous avons eu la joie infinie de connaître pour chanter avec lui et sa maître de chant, Savitry Nair, inspirée aussi par Michel Odent à l’origine, à l’hôpital de Pithiviers, des salles de naissance
« comme à la maison », qui a su combler à l’heure de nos mises au monde notre attente « d’autrement », notre approche éditoriale témoigne d’une expérience tissée de bonheur et d’avancée intérieure. Une harmonie qui dessine des liens profonds à l’aube subtile de notre propre naissance à nous-même.
A travers nos maternités, et leurs paternités, s’inscrit ainsi un cheminement de l’esprit que le choix de l’Agriculture Biologique soutient de manière indéfectible, évidence d’une proximité immédiate. Il s’agit de respect, naturellement, dans cette démarche globale qui célèbre la sensibilité et l’intégrité comme une ode à la beauté. L’amour dans nos veines, l’amour comme bain pour nos cellules : jamais nous n’oublierons Frédérick Leboyer qui a quitté notre Terre il y a bientôt un an, à 98 ans. La danseuse Shantala Shivalingappa, fille de notre amie Savitry Nair, est aujourd’hui présente à nos côtés pour faire danser cette inaltérable mémoire de la naissance.