À VRAI DIRE

couverture-top-natureEn ce début d’année, les mots ne sont-ils pas plus précieux que jamais ? Vecteurs de la pensée consciente et inconsciente, ne portent-ils pas jusqu’à l’autre l’énergie de nos voeux au creux desquels se love notre sincérité ? Notre engagement ? Cette notion d’engagement nous tient particulièrement à coeur. Si nous aimons les mots, c’est parce qu’ils transmettent, relient, prolongent. Et durent.
Les signifiants laissent en nous des traces mnésiques susceptibles de s’éveiller comme un volcan endormi, avec plus ou moins de bonheur. Nous le savons depuis Freud, mieux encore depuis Lacan et ses travaux sur le langage. Dans le tissu de nos mots vibre une telle responsabilité qu’elle nous amène à peser son impact à court terme et, également, à plus long terme. À évaluer le respect qu’elle implique, surtout quand l’art des mots structure une activité professionnelle comme la nôtre : une expérience, un métier dont nous sommes fiers de soutenir l’intégrité. Vous, comme nous, avez entendu beaucoup de mots venir ponctuer les dernières semaines de l’année écoulée. Des mots d’attente, des mots d’espoir, des mots en pleins et en déliés mais aussi, par ailleurs, des mots de vanité, des mots de désolation, des mots en creux. Ce contexte social et politique a d’évidence surligné notre amour des mots qui disent vrai, qui parlent vrai.
Au seuil de cette nouvelle année, nous souhaitons vous dédier notre choix d’éditeur, de journalistes, vous dédier notre pari d’écrire pour vous offrir un relais de sens, un trait d’union culturel, un lieu symbolique de confiance et d’échange. La densité textuelle de nos pages témoigne de cette volonté qui s’apparente depuis toujours à une belle détermination. Nous avons tant de choses à vous dire, et nous sommes heureux que vous receviez ainsi, vos lettres en témoignent, notre aspiration à la beauté, à la joie et à l’équité telle que nous la traduisons pour vous.